Il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour commencer à penser à la prévention du diabète, des maladies cardiaques et des AVC. Comme la plupart des affections évoluent lentement, sur plusieurs années, vous serez mieux en mesure de prendre votre santé en main si vous portez une attention particulière aux facteurs de risque connus lors de vos examens médicaux périodiques ou en assurant une certaine surveillance à la maison.

1. Tour de taille

Le tour de taille se mesure autour de l’abdomen. Il représente l’un des outils les plus pratiques pour évaluer l’obésité abdominale, facteur de maladie chronique. Un tour de taille élevé dénote plus de graisse abdominale et un risque accru de diabète de type 2, d’hypercholestérolémie, d’hypertension artérielle et de maladie cardiaque.[1] Un tour de taille supérieur à 88 cm (35 pouces) chez la femme et à 102 cm (40 pouces) chez l’homme signale un risque plus élevé de souffrir de maladie chronique. [2] Vous pouvez mesurer votre tour de taille en trois étapes simples :

  1. Repérez le haut de votre hanche et votre dernière côte. Placez le ruban à mesurer à mi‑chemin.
  2. Veillez à ce que le ruban soit de niveau, bien ajusté, sans être serré, et ne « rentrez pas le ventre ».
  3. Lisez la mesure et notez-la.

Conclusion : Si vous devez réduire votre graisse abdominale, le mieux est de viser une perte de poids graduelle en apportant des changements à votre alimentation et en faisant de l’exercice, ainsi qu’en stabilisant la glycémie. Essayez de consommer des protéines maigres et beaucoup de légumes non féculents. Un supplément de fibres solubles pris aux repas, comme La bonne Fibre 4, contribuera à abaisser l’indice glycémique des aliments et à stabiliser la glycémie. La bonne Fibre 4 est un prébiotique et une fibre alimentaire soluble unique en son genre. La délicieuse poudre à la mandarine acidulée se dissout rapidement et en toute transparence dans vos boissons favorites, constituant un soutien pratique à la santé gastro-intestinale.

2. Maîtrisez votre tension artérielle

La tension artérielle optimale est généralement inférieure à 120/80 mmHg.[3] Si les valeurs inférieures sont souhaitables, toute valeur supérieure signifie que vous devriez commencer à prendre des mesures pour abaisser votre tension artérielle. Si la question vous préoccupe, une surveillance à domicile ou une visite à la pharmacie locale serait un pas dans la bonne direction. Essayez de prendre votre tension artérielle quelques fois sur une période de trois jours. N’oubliez pas de la prendre après avoir été assis pendant au moins 3 à 5 minutes. Les lectures de tension artérielle supérieures à la normale peuvent être classées en différents stades:[2] [3]

  • Préhypertension (120–139/80–89 mmHg)
  • Stade 1 (140–159/90–99 mmHg)
  • Stade 2 (160/100 mmHg or more)

Conclusion : Une perte de poids générale, la modification de l’alimentation et des techniques de réduction du stress sont les moyens les plus efficaces d’abaisser la tension artérielle [3] Les suppléments peuvent également se révéler efficaces, notamment :

  • Oméga-3 Pureté cristalline de l’océanMD.Une huile de poisson liquide qui contient 750 mg d’AEP et 500 mg d’ADH par cuillerée à thé, offerte en plusieurs délicieuses saveurs, soit Gâteau au citron, Pamplemousse et Noix de coco et lime.
  • Magnésium Absorption accrue. Fournit 500 mg de magnésium élémentaire par comprimé.
  • Coenzyme Q10. Offerte en concentrations de 30 à 400 mg par jour pour le soutien de la santé cardiovasculaire.

3. Augmentez votre cholestérol-HDL

Depuis quelques années, le cholestérol fait l’objet de nombreux débats. La plupart des experts sont d’avis que nos lipoprotéines de basse densité (LDL) (parfois qualifiées de « mauvais cholestérol ») devraient être aussi basses que possible, tandis que d’autres font remarquer que le cholestérol (même le « mauvais ») est essentiel au bien-être, particulièrement au cerveau. Pour en savoir plus à ce sujet, lisez l’ouvrage du Dr David Perlmutter intitulé Grain Brain.[4]
Le principal problème est un déséquilibre du taux de cholestérol. Sans vouloir que le taux de cholestérol soit trop élevé, il ne doit pas être trop bas non plus. Un taux élevé de cholestérol dans le sang peut entraîner la formation de dépôts graisseux sur les parois internes des artères, un état désigné sous le nom d’athérosclérose ou coronaropathie.[5] Initialement, les dépôts de cholestérol sur la paroi artérielle seraient attribuables à la tentative naturelle du corps de réparer l’inflammation. Si ces dépôts deviennent trop épais ou sont endommagés par l’inflammation, la plaque peut se briser, causant une crise cardiaque ou d’autres troubles liés à une circulation sanguine insuffisante. Les lipoprotéines de haute densité (HDL), parfois désignées comme le « bon cholestérol », sont produites dans le foie et ont pour fonction d’éliminer le cholestérol du sang. Le cholestérol récupéré est ensuite traité par le foie et libéré dans la bile qui l’entraîne jusqu’au tube digestif par où il sera excrété. Un taux élevé de HDL dans le sang est donc considéré comme signe sain.[6] [7]

Conclusion : Un taux élevé de LDL est souvent la conséquence d’une alimentation riche en gras saturés et en gras trans (p. ex., margarine et huiles hydrogénées). Non seulement les acides gras trans augmentent le taux de LDL, mais ils abaissent aussi celui du HDL.[7] Il est donc essentiel de réduire, voire d’éliminer complètement, la consommation de ces graisses inflammatoires. Il y a aussi d’autres moyens d’améliorer son taux de cholestérol :

  • Prendre quotidiennement un supplément de fibres solubles pour aider à réduire les taux élevés de cholestérol total et de LDL
  • Augmenter son apport en gras monoinsaturés par des aliments tels que l’huile d’olive, l’avocat, les noix et Pépin de raisin Ultra-fort Extrait 100:1 afin de soutenir sa santé veineuse
  • Cesser de fumer
  • Faire de l’exercice régulièrement

4. Faites une place à l’homocystéine

L’homocystéine est un acide aminé présent dans le sang. Elle est formée à partir de l’acide aminé méthionine. La création et le recyclage de l’homocystéine reposent sur des cofacteurs tels que l’acide folique et les vitamines B12 et B6. À des taux élevés, l’homocystéine peut oxyder le cholestérol-LDL, causant la formation d’une molécule plus dommageable pour les artères et augmentant le risque de coronaropathie. Elle augmente également le risque de caillots sanguins, de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. L’homocystéine se mesure à l’aide d’un simple test sanguin sans jeûne.[8]

Conclusion : Une consommation accrue de fruits et de légumes, surtout des légumes-feuilles, peut aider à abaisser le taux d’homocystéine en augmentant l’apport en acide folique. Le choix d’une préparation combinée comme B6 + B12 avec acide folique est aussi un bon choix pour réduire le taux d’homocystéine dans l’organisme et soutenir la santé cardiovasculaire.

5. Éliminez les foyers de protéines C réactive

La protéine C réactive (CRP) est produite par l’organisme dans le cadre du processus inflammatoire. L’inflammation est l’un des principaux facteurs de maladies cardiovasculaires et du diabète. Des concentrations élevées de PCR peuvent constituer un risque accru de maladie cardiaque, même en présence de taux de cholestérol normaux.[6] TVous pouvez demander un dosage de la Protéine C réactive ultrasensible (CRP-us) ; la valeur optimale doit être inférieure à 10 mg/L.[9]

Conclusion : Si votre taux de CRP est élevé, vous pouvez essayer de le réduire en faisant de l’exercice tous les jours, en perdant du poids et en prenant des suppléments tels que :

6. Abaissez vos triglycérides

Les triglycérides constituent la principale forme de gras normalement transporté dans la circulation sanguine. Après un repas, les graisses des aliments sont digérées et libérées dans la circulation sanguine sous forme de triglycérides. Ceux-ci sont ainsi transportés dans tout l’organisme et servent à produire de l’énergie ou sont emmagasinés sous forme de graisse. Entre les repas, les hormones assurent la régulation de la libération des triglycérides des tissus adipeux de façon à répondre aux besoins énergétiques de l’organisme. Cependant, une trop grande quantité de triglycérides dans le sang à jeun est associée à une augmentation des coronaropathies. Le taux de triglycérides acceptable est de 1,7 mmol/L ou moins.[10] Les triglycérides se situent généralement dans la plage normale, sauf en présence d’une prédisposition héréditaire à des taux élevés ou d’un problème à traiter les glucides.

Conclusion : Réduisez votre consommation de glucides amylacés, diminuez ou éliminez votre consommation de sucre et d’aliments transformés, complétez votre alimentation par une huile de poisson oméga-3 de haute qualité et augmentez votre consommation de gras sains.

Prenez votre santé en main

Il est temps de prendre votre santé en main et de commencer à réduire votre risque de maladies chroniques, telles que le diabète, les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux. Une bonne compréhension de l’importance de vos statistiques de santé vitales est une première étape vers l’amélioration de votre bien-être général et l’engagement envers une meilleure santé et une meilleure qualité de vie.

Références:

[1] Heart and Stroke Foundation of Canada. Health Seekers: Healthy weight and waist. Web. Accessed 31 December 2018. Available from: https://www.heartandstroke.ca/get-healthy/healthy-weight/healthy-weight-and-waist

[2] Chobanian AV, Bakris GL, Black HR, et al. The seventh report of the Joint National Committee on Prevention, Detection, Evaluation, and Treatment of High Blood Pressure: the JNC report. JAMA. 2003 May; 289(19):2560-72.

[3] Heart and Stroke Foundation of Canada. Heart: High blood pressure. Web. Accessed 31 December 2018. Available from: https://www.heartandstroke.ca/heart/risk-and-prevention/condition-risk-factors/high-blood-pressure

[4] Perlmutter D. Grain Brain. New York: Little Brown and Company; 2013.

[5] Lu Y, Hajifathalian K, Ezzati M, et al. Metabolic mediators of the effects of body-mass index, overweight, and obesity on coronary heart disease and stroke: a pooled analysis of 97 prospective cohorts with 1·8 million participants. Lancet. 2014; 383(9921): 970-83.

[6] Catapano AL, Pirillo A, Norata GD, et al. Vascular inflammation and low-density lipoproteins: is cholesterol the link? A lesson from the clinical trials. Br J Pharmacol. 2017;174(22): 3973-85.

[7] Schwingshackl L, Hoffmann G. Comparison of effects of long-term low-fat vs high-fat diets on blood lipid levels in overweight or obese patients: a systematic review and meta-analysis. J Acad Nutr Diet. 2013;113(12):1640-61.

[8] Jager A, Kostense PJ, Nijpels G, et al. Serum homocysteine levels are associated with the development of (micro)albuminuria: the Hoorn study. Arterioscler Thromb Vasc Biol. 2001;21(1): 74-81.

[9] Mayo Clinic. C-reactive protein test. Web. Accessed 31 December 2018. Available from: https://www.mayoclinic.org/tests-procedures/c-reactive-protein-test/about/pac-20385228

[10] HealthLink BC. High triglycerides. Web. Accessed 31 December 2018. Available from: https://www.healthlinkbc.ca/health-topics/zp3387